ouvrir le menu
fermer le menu
fermer le menu profil

Rejoins le réseau francophone d'Halifax

C Médias

Un article de

Entrevue avec Caroline Savoie aux ECMA

À l'occasion de la 35ème édition des East Coast Music Awards, nous avons rencontré Caroline Savoie. Artiste originaire de Dieppe au Nouveau-Brunswick, son dernier album se nomme Bruits Blancs. Voici notre entrevue avec elle. 👇

Q. C’EST TA PREMIÈRE FOIS AUX EAST COAST MUSIC AWARDS ?

 

Non, c’est ma quatrième fois ! (…) C’est toujours un plaisir de revenir parce que j’ai la chance de découvrir plein d’artistes de par chez nous, fait que c’est toujours le fun d’être ici.

 

Q. C’EST TES PREMIER ECMA À HALIFAX ?

 

Non, c’est la deuxième fois, ouais c’est ça, je suis une habituée ! Mais la dernière fois que c’était à Halifax, j’étais mineur, c’était un peu différent. Donc là je pourrai aller écouter la musique dans les bars, ça va être un petit peu plus le fun !

 

Q. COMMENT TU TE SENS POUR CETTE 35ème EDITION ?

 

Je suis vraiment contente, parce que justement j’ai pas participé aux ECMA depuis 2017 lorsque c’était à Saint-Jean au Nouveau-Brunswick. Ça fait que c’est le fun de revenir, et puis surtout j’ai des musiciens qui viennent de Montréal et eux leur fait découvrir qu’est-ce que c’est aussi et de leur montrer c’est quoi la musique de la côte est, je suis vraiment excitée et de bonne humeur. 

 

Q. TU TE PRODUIS CE SOIR AU SEAHORSE TAVERN ?

 

Oui je vais jouer au Seahorse Tavern à 22h45, je suis la première de l’after-party faut se dépêcher après le gala !

 

Q. C’EST LA PREMIERE FOIS QUE TU JOUES AU SEAHORSE ?

 

Oui c’est la première fois, j’ai déjà joué au Marquee qui est juste dans le même bâtiment (…), mais je suis contente d’y jouer. 

 

Q. TU VAS NOUS JOUER DES CHANSONS DE TON DERNIER ALBUM « BRUITS BLANCS » CE SOIR ?

 

Oui, ça va être quelques thunes de cet album-là. (…)

 

Q. PARLE NOUS DE CET ALBUM ?

 

C’est clair que comme beaucoup, j’ai écrit cet album là pendant la pandémie, fait que je me sens comme si tout le monde était en pause mais il y avait tellement de choses qui se passaient. L’album a quand même été créé quand il y a eu comme la grosse l’invasion au Capitole aux États-Unis, puis y’a des guerres… En tout cas y’avait plein d’événements historiques un après l’autre, c’était comme une manière de un peu m’exprimer là-dessus et me défouler, ça a vraiment été spécial d’écrire cet album-là. C’est ça, mes états d’âmes pendant tout ça.

 

Q. UNE CHANSON A RECOMMANDER SUR CET ALBUM ?

 

Si j’avais une chanson à recommander, ça change à chaque fois mais… je te dirai que je recommanderai « Cap-des-Caissies ». C’est une chanson qui est quand même assez minime, ça me rappelle un peu mes débuts parce que je faisais souvent juste des spectacles en solo, puis c’est avec les Hay Babies, Lisa LeBlanc et Chloé Breault, qui fait que y’a vraiment comme une power girl féminine de l’Acadie sur cet album là et puis ça donne un peu les vibes d’où j’ai écrit l’album, car j’ai composé la plus part de l’album dans mon chalet qui à Cap-des-Caissies… Fait que, je recommanderai celle chanson là ! 

 

Q. QU’EST-CE QUI T’INSPIRE ?

 

Je m’inspire beaucoup de ce qu’il se passe dans ma vie, la manière que je me sens. Je m’inspire des autres aussi, ce que d’autres personnes peuvent vivre. C’est vraiment d’essayer de créer des liens avec des gens pour qu’on se sente moins seul. C’est toujours le fun de faire un spectacle et puis quelqu’un vient te voir après parce que « Oh my god, cette chanson m’a beaucoup aidé parce que moi aussi je me sentais comme ça ». Au fond, c’est une manière pour moi de faire de la thérapie, de mettre mes ennuis ou mes soucis en chanson et de savoir que je suis pas la seule qui vit ça. 

 

Q. EST-CE QUE C’EST DUR D’ÊTRE UNE FEMME FRANCOPHONE DANS LE MILIEU DE LA MUSIQUE ?

 

Ouais, je pense qu’on a eu une coupe de défis. Même être une femme dans la musique en général a son lot de défis. Je pense qu’on a eu tendance à se sentir moins confiantes, parce que y’avait moins de place, y’a pas beaucoup de représentation qu’on voit à la télé. (…) Je trouve qu’on est vraiment revenues d’un long chemin, je vois de plus en plus des femmes musiciennes sur les scènes, puis des femmes qui sont dans l’industrie aussi derrière. Je pense que y’a quand même de l’espoir. 

 

Q. TU POURRAIS NOUS RECOMMANDER UNE AUTRE ARTISTE FEMININE FRANCOPHONE ?

 

Quelqu’un que j’aime beaucoup, justement je l’ai mentionné, Chloé Breault, elle a un bon sens de la mélodie, elle a une bonne voix, elle écrit bien. Elle est dans un groupe qui s’appelle Baie aussi que j’aime beaucoup. Elle fait aussi la direction musicale à Caraquet donc c’est vraiment une à surveiller je pense. 

 

Q. TON LIEN AVEC LA NOUVELLE-ECOSSE ?

 

En fait, quand j’étais jeune on venait souvent en camping ici, en voyage de famille, fait que j’ai toujours eu une petite affection, partout dans les maritimes, on allait souvent à l’Ile-du-Prince-Édouard aussi. C’est comme revenir un peu chez vous, tu sais à chaque fois que y’a de l’eau proche, tu te sens à la maison. J’adore venir ici, j’adore venir passer des fins de semaines aussi, j’ai des amis qui habitent ici. C’est comme être à la maison ici. 

 

Q. OÙ EST-CE QU’ON TE RETROUVE PAR LA SUITE ?

 

Je vais être en spectacle un peu partout cet été au Nouveau-Brunswick et puis au Québec. Ça va être de tourner l’album et de faire des festivals. 

 

Pour écouter l'entrevue.

Source image : Adèle Grosperrin

Connecte toi pour commenter

Réponses récentes

TU AS SUREMENT UN AMI OU UNE AMIE À QUI PARTAGER CETTE PAGE

Hého ! Y’a quelqu’un ?

Oui, nous sommes déjà 643 francophones d’Halifax inscris-toi ici, rejoins nous !

DÉCOUVRIR LA COMMUNAUTÉ