ouvrir le menu
fermer le menu
fermer le menu profil

Rejoins le réseau francophone d'Halifax

C Médias

Un article de

Entrevue avec Phil Comeau

Phil Comeau présentera son film "L'Ordre Secret" ce vendredi 10 mars à 19h à l'école du Carrefour à Dartmouth. Vous pouvez réservez votre place via le site du Conseil Communautaire du Grand-Havre. Nous l'avons rencontré dans cette entrevue pour nous parler du film. 👇

Q : PEUX-TU PRÉSENTER TON NOUVEAU FILM ?

L’ordre Secret c’est l’histoire de l’ordre de Jacques Cartier qui travaillait dans l’ombre à travers le canada avec 850 cellules qu’on appelait des commanderies pour faire avancer la cause francophone à tous les niveaux : économique, social, culturel, politique (…). L’Ordre de Jacques Cartier qu’on appelait « La patente » a fonctionné pendant 40 ans, de 1926 à 1965. 

Q : COMMENT AS-TU DÉCOUVERT L’ORDRE SECRET ?

Mon père m’a appris qu’il faisait partie de l’ordre des acadiens sur son lit de mort. J’ai été surpris et étonné, premièrement, parce ce qu’il faisait partie d’une société secrète et deuxièmement, parce qu’il y’en avait une dans ma communauté. Parce que moi j’ai été élevé à La Baie Sainte-Marie en Nouvelle-Écosse, et jamais je n’aurais pu imaginer qu’il y avait une société secrète qui fonctionnait à La Baie Sainte-Marie comme il y en avait à Halifax, à Chéticamp, à L’Île Madame etc. Et donc c’est là que j’ai décidé que j’allais faire un film sur l’histoire de l’Ordre Secret, car peu de canadiens étaient au courant. Je suis allé aux archives nationales à Ottawa et il y avait un embargo sur les archives de l’Ordre Secret. Donc, il a fallu que j’attende plusieurs années pour que l’embargo puisse être levé (…), puis ensuite j’ai fait des recherches pendant 2 ans. (…)

Q : C’ÉTAIT DIFFICILE D’OBTENIR DES TÉMOIGNAGES ?

Oui c’était vraiment difficile, car il faut dire qu’il y a eu 72 000 membres à travers le canada pendant 40 ans et il n’en reste même pas 10% de vivants. La personne la plus jeune que j’ai trouvé avait 77 ans et la personne la plus âgée, 94 ans. J’ai filmé une quinzaine de commentaires, dont un en Nouvelle-Écosse. Oui, il avait des gens qui refusaient d’admettre qu’ils en faisaient partie parce qu’ils ont prêter un serment de ne jamais parler de l’ordre, à tel point que pour plusieurs d’entre-eux, même leur épouse n’était pas au courant. Mais le fait que l’embargo ait été levé sur les archives et que j’ai eu accès aux registres des membres, j’ai pu trouver tous les membres dans le pays. Et en Nouvelle-Écosse, il y avait a peu près 130 membres. Une dizaine était encore vivants. (…)

Q : QU'ONT-ILS FAIT EN NOUVELLE-ÉCOSSE

En termes de francophonie, ils ont installé 4 postes de relais de Radio Canada. Ensuite, ils ont travaillé très fort pour essayer de bilinguiser les enseignes parce que la majorité des enseignes étaient en anglais seulement et même la majorité des noms des villages avaient été traduit par le gouvernement en anglais. L'éducation francophone était légale, mais les textes étaient en anglais. Ce n'était donc pas une bonne éducation. Ils ont fait énormément de photocopie de texte français pour les distribuer aux écoles. (…) Ils ont développé et défendu le collège Saint-Anne à chaque fois qu’il était menacé par des coupures ou autre. En termes de cultures, ils ont encouragé le développement de festivals acadiens et développé la musique d’expression française. (…)

Q : D’OÙ VIENT LE NOM DE L’ORDRE ?

Jacques Cartier c’est le premier français qui est venu en Amérique du Nord en 1534, son voilier s’appelait L’Émérillon. Mais quand les gens se rencontraient entre-eux ils l’appelaient « La Patente ». C’est un mot fourre-tout qui veut rien dire dans le fond et qui veut tout dire. Mais la raison pour avoir fait cet ordre secret, c’est parce que les anglophones avaient leur propre ordre secret. Il y avait les Orangistes (L’Ordre d’Orange) qui travaillaient contre les francophones. Il y avait aussi les Francs-Maçons qui étaient eux contre les catholiques. (…), ils étaient basés sur la science et ils croyaient aucunement à la religion, donc forcément ils étaient contre les francophones, car à l’époque ils étaient très catholiques. (…)

Vous pouvez écouter cette entrevue en entier ici.

Source image : Phil Comeau

Connecte toi pour commenter

Réponses récentes

TU AS SUREMENT UN AMI OU UNE AMIE À QUI PARTAGER CETTE PAGE

Hého ! Y’a quelqu’un ?

Oui, nous sommes déjà 631 francophones d’Halifax inscris-toi ici, rejoins nous !

DÉCOUVRIR LA COMMUNAUTÉ